Sanae Zaïm

Du lundi au vendredi, Sanae Zaïm anime « Yaoumiates ouled el bled » (Chroniques des enfants du bled) sur radio Aswat de 18h à 19h30. Une émission de débat que l’animatrice à la fibre sociale a lancé il y 3 ans.


Sanae Zaïm est hyper zen. Malgré un nouveau-né qui la fait arriver en retard à la radio, une invitée qui ne donne pas de nouvelles, un direct qui commence dans 20 minutes… Rien à faire, Sanae est imperturbable, répond aux questions le sourire aux lèvres, la voix envoûtante, la confiance absolue que tout va bien se passer. Ce qui ne veut pas dire qu’elle ne s’est jamais posé de questions. D’ailleurs, c’est par un chemin détourné que Sana est arrivée à la radio. « Par pur hasard, dit-elle, en lisant une annonce dans un journal ». Mouais.

Il faut quand même préciser que Sanae Zaïm a pas mal d’antécédents et que son penchant pour tout ce qui est social remonte… aux scouts. « Un véritable apprentissage sur la vie et la responsabilité ». Plus tard, en 1994, à 18 ans, alors qu’elle achève sa première année à l’Isadac, sa classe monte un spectacle comique sur le SIDA. Le spectacle est une commande de la Ligue marocaine contre les MST. Le spectacle tourne pendant 3 ans, dans les quatre coins du pays. Les étudiants rencontrent beaucoup de monde, des écoliers aux prostitués. « Cela m’a donné cette fibre qui me fait aller vers gens sans avoir aucun jugement de valeur, analyse Sanae. Je reste toujours neutre lors d’un débat ».

L’expérience la plus probante a sans doute été l’atelier de théâtre qu’elle a mis en place dans une prison pour femmes, lorsqu’elle était en 4ème année de l’ISADAC. « Là encore, il fallait être sincère, sans jugement de valeur, pour côtoyer ces femmes dont certaines étaient des criminelles, se souvient-elle. Cette expérience m’a permis de ne pas prendre la grosse tête ensuite lors de mon parcours professionnel ». Aujourd’hui, elle rêve de réaliser un film sur cette expérience.

Après deux années passées à l’Académie des Arts du Caire, de 1997 à 1999, Sanae Zaïm revient à Casablanca. Elle tourne son premier rôle en tant qu’actrice, dans « Jugement de femmes » d’Hassan Benjelloun, avant d’être embauchée à 2 M, en 2000, où elle anime « Soura » (qui signifie image), une émission hebdomadaire sur le cinéma, où elle croise les plus grandes stars. En 2005, elle quitte la télévision pour prendre une année sabbatique. « Au bout de 5 ans, j’étais fatiguée. Je voulais me ressourcer, travailler sur moi. Dans le métier d’animateur, on donne beaucoup et on s’épuise. Il faut avoir le courage de s’arrêter, de réfléchir à son évolution, à ce qui va et qui ne va pas… »

Et, par hasard… une annonce dans un journal et quelques coups de fil plus tard, Sanae Zaïm se retrouve dans le bureau d’un responsable de radio Aswat. «Vous serez donc la Miss Cinéma d’Aswat, lance le responsable ». « Non, non , non ! répond Sanae. Je veux faire du social ! ». Ainsi est née « Yaoumiates ouled el bled », une émission quotidienne de débat. « On parle des choses qui se passent, de façon posée, réfléchie, responsable, sans langue de bois » explique l’animatrice qui reçoit toutes sortes d’invités, depuis monsieur et madame Tout le Monde jusqu’aux ministres en passant par des sociologues, psychiatres, acteurs associatifs, artistes, journalistes, etc.

L’émission a du succès et reçoit beaucoup d’appel pendant le direct. « C’est un signe de confiance. Les auditeurs choisissent de venir vers l’émission, ce n’est pas rien ». Parfois, certains sujets sont graves et dramatiques – la première émission traitait du harcèlement sexuel à l’école et avait fait monter les larmes à l’animatrice. Le jour de la visite de Casawaves, la discussion porte sur la virginité des femmes. L’invitée est un médecin. Sanae et elle vont débattre avec les auditeurs qui pensent en majorité que la femme doit rester vierge jusqu’au mariage. Et Sanae reste calme, même lorsque l’un d’entre eux compare l’hymen de la femme à une capsule de sécurité d’une bouteille de gaz. Une belle leçon de zénitude !

Marion Despouys

Cette entrée a été publiée dans Peoples. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.